Never give any promises

Bon. Promis vous ne me frappez pas? Je sais que ça fait deux mois que je n’ai rien mis à jour alors que je vous avais promis, que je me l’étais promis de finir très rapidement les articles en liste d’attente. Récapitulons rapidement ce qu’il me reste à écrire : Grand Canyon + Death Valley + Bilan retour en france etc (j’avais dit que je ferais un bilan un mois ou deux après, puis 6 mois, et voilà, je suis à la fin des 6 mois et toujours rien) + Bilan sur l’aventure au pair + Bilan sur mon aventure à moi + probablement un article spécial SF. Bref, encore une tonne de boulot aaah. Allez, un peu de courage, c’est parti!

Et c’est parti avec un article qui ne fait pas parti de la liste, mais tout de même très important! Ma hostfamily est venue me rendre visite à Nancy!! Leur voyage en Europe était prévu depuis plusieurs mois avant mon retour. A l’origine du programme : une semaine en France (semaine divisée entre Paris et Nancy) puis une semaine en Italie avec Mandy (l’ancienne aupair) pour fin juillet. Sauf qu’arrivé une semaine avant la date supposée de leur arrivée, toujours pas de nouvelles, ou de confirmation. Rien depuis quelques mois. J’ai galéré toute cette semaine pour essayer de contacter Drea, j’étais à bout de nerf et légèrement dégoutée parce que je les voyais très bien annuler. Et c’est finalement le lundi 23 juillet que j’ai enfin parvenu à la joindre et surprise : ils venaient d’arriver en Hollande chez Mandy! Les quelques jours à Nancy se sont transformés en « on arrivera jeudi dans l’après-midi et on repartira le lendemain midi », petite déception…

Le jeudi, Chad m’appelle et me dit qu’ils pensent être devant chez moi, alors je descend et en effet, les vois garés au bout de ma ruelle. Chad s’avance vers moi, gros hug, puis c’est Jessica qui arrive en courant et me saute dans les bras et me serre très très fort. Ses premiers mots? « I love you more than Mariana » (« je t’aime plus que Mariana », M. étant ma remplaçante) c’est pas très sympa mais ça fait carrément du bien à l’égo! Moi qui avait peur qu’elle soit toute timide ou qu’elle m’ait oubliée, je m’étais fourré les dix doigts des deux mains dans l’œil! Jason a suivi, toujours aussi sweet, fidèle aux souvenirs que j’avais de lui. Puis Drea, Mandy et son fiancé. C’est dingue, bizarre, extraordinaire de les voir là, dans ma maison, les petits jouant dans ma chambre, explorant la maison. C’est deux mondes qui se rencontrent, deux mondes pour moi à des années lumières l’un de l’autre. Ca me fait la même impression que lorsque mes parents et mes amis étaient venus me rendre visite.

On s’est baladés en ville, dont ils sont tombés sous le charme, on a mangé un bon repas made in France by Maman pour lequel Chad a succombé (je vous avais dit que la cuisine française était celle qu’il préférait plus que tout? c’était l’extase pour lui), on leur a montré tout plein d’endroits sympas, on a tous très bien discuté, tout le monde était super sympa (j’ai adoré rencontrer Mandy avec qui j’avais beaucoup discuté avant mon départ aux US, ainsi que son fiancé que j’ai trouvé super intéressant et marrant) et surtout les enfants! C’était comme si je ne les avais jamais quittés. J’ai retrouvé nos longues discussions avec Jason et nos blagues idiotes, les câlins de Jessica et nos jeux. C’était parfait.

D’ailleurs en parlant de Jessica. Rien que d’y penser, j’en ai le cœur qui se serre, d’un trop plein d’amour et de manque. C’est assez fou comme je l’aime cette gamine. Ça n’a pourtant pas toujours été facile avec elle, mais tout ça est très très loin. J’ai passé 24h avec elle accrochée à moi, littéralement. Impossible de m’en détacher, non pas que j’en ai eu l’envie. Ca m’a fait énormément plaisir de la voir toujours autant attachée à moi, voir que je lui manquais autant qu’elle me manquait à moi. Impossible de compter le nombre de fois où elle m’a demandé de rentrer avec eux, de revenir dans ma chambre.

Les au revoirs ont été très durs, comme vous pouvez l’imaginer. 24h c’était trop et pas assez. Trop parce que j’ai eu le temps de me réhabituer à les avoir près de moi tous les quatre, à leur présence, j’ai eu le temps de me rendre compte à quel point ils m’avaient manqué. Mais c’était pas assez, parce que, merde, c’était seulement 24h. On s’est donc dit au revoir en se donnant la promesse de nous revoir dans un an, puisqu’ils seront en Europe début juillet pour le mariage de Mandy. Jessica m’a dit « I will love you forever » et il a ensuite été très difficile de me détacher d’elle puisqu’elle s’agrippait à moi et nous empêchait de fermer la porte de la voiture. C’était affreux. On a du s’y mettre à deux avec mon papa pour libérer mon bras. Déchirant. Ils n’ont pas démarré la voiture avant que Jessica ne me fasse quelques bisous ventouses contre la vitre.

Et voilà. Hmpf.

Publicités

The Sin City : Las Vegas

San Francisco-Las Vegas c’est environ 10h de route, dans des paysages magnifiques, mélange de montagnes et désert. On est arrivés dans la soirée, d’ailleurs l’arrivée vers la ville est assez impressionnante : un amas de lumières de toutes les couleurs. On fait un petit tour avant d’arriver à notre hôtel, le Stratosphere (une grande tour au bout du strip). Ya beaucoup de monde, des machines à sous partout, c’est, encore une fois, impressionnant. Notre chambre, elle par contre n’est pas impressionnante : simple, grise SANS WIFI avec vue sur un mur, wouhou.

On a décidé de décompresser un peu à la piscine de l’hôtel le lendemain matin. L’eau était froide, mon père était le seul dedans. On est ensuite montés tout en haut de la tour avec notre pass illimité trop vip et j’ai pas trop kiffé parce qu’apparemment j’ai le vertige dans les tours comme celle ci ou la Space Needle de Seattle contrairement aux buildings de NY. Je suppose que c’est parce que dans ces tours, tu marches dans la partie ronde et donc dans la partie suspendu dans le vide alors que sur un building, t’as tous les étages du dessous sous tes pieds. Bref.

On s’est baladés sur le strip l’après-midi mais on n’est même pas allés jusqu’au Ceasar Palace parce que c’était SUPER loin. On s’en rend pas compte (et Marion m’avait pourtant prévenue) mais le strip fait des kms et des kms et comme la Stratosphere est vers le fond, c’est quasi impossible d’aller au coeur du coeur du strip à pieds.

Du coup après plusieurs heures de marche on est rentrés à l’hôtel et on s’est préparés pour ressortir, mais en voiture cette fois-ci. Le truc génial à Las Vegas c’est que les parkings de tous les hôtels sont gratuits. Donc en gros tu prends ta voiture, te gare dans l’hôtel que tu veux, vas visiter et peux reprendre ta voiture et aller dans un autre un peu plus loin.

Le strip by night c’est… Dingue. C’est comme dans les films, c’est des lumières et des gens partout, c’est immense, c’est… ouais, dingue. On est descendu au Bellagio, les couloirs sont magnifiques et il y avait une exposition spéciale pour le nouvel an chinois et l’année du dragon, encore une fois magnifique. On est sortis en logeant le bassin des fontaines, face à Paris, sa tour Eiffel et son Arc de Triomphe. On a bien sûr attendu le show des fontaines qui était incroyable. Je ne saurais trop comment vous décrire ce que j’ai ressenti en y assistant. J’étais émue, très émue, allez savoir pourquoi (il me semble même que je le dis dans la vidéo ci dessous). C’était clairement magnifique et génial et aaah. On s’est baladés toute la soirée, c’était super.

(le lendemain on est allé au Grand Canyon mais ce sera dans un prochain article)

Le dernier jour on a commencé fort avec Papa qui a décidé de sauter du haut de la tour. Non non il ne s’est pas suicidé. Il y a plusieurs attractions dans la tour dont un saut. C’est pas un saut à l’élastique, c’est juste un saut, et t’es attaché à des câbles dans le dos. J’ai trop stressé pour lui mais j’avoue regretter un peu de ne pas l’avoir fait… Même si moi je l’aurais fait de nuit. Ensuite on a conduit jusqu’au fameux signe « Welcome to Fabulous Las Vegas »parce qu’on ne peut pas aller à Las Vegas sans aller prendre des photos devant! Puis on a fait un tour dans des magasins outlet à côté de l’aéroport avant d’y déposer Joanne qui nous quittait.

Avec mon Papa on est retournés sur le strip et tout particulièrement à l’hôtel New York qui est sans aucun doute un de mes préférés. A l’extérieur : la statue de la liberté, l’Empire State, le Brooklynn Bridge et à l’intérieur, des reproductions de quartiers de NY et toute une partie arcade pour les enfants. Notre objectif : aller faire le rollercoster qu’on avait vu de l’extérieur et qui avait l’air dément. Et en effet. Il était GENIAL! Une bonne montagne russe comme on les aime, avec une montée infinissable (le temps de réciter 4x l’alphabet en français et en anglais. Oui parce que j’ai trop trop peur des montées dans les manèges alors pour survivre je me distrais en fermant les yeux et chantant une chanson ou récitant l’alphabet.), des descentes oufissimes et des bons loopings. On l’aurait refait de suite si ça n’avait pas été aussi cher. Et hm, je sais plus trop ce qu’on a fait après haha… Ah bah si, ça vient de me revenir! On a joué aux machines à sous de notre hôtel pour voir, et on a gagné 140$, en ayant misé 14$, donc plutôt super cool ahah.

J’ai adoré Las Vegas alors que je ne pensais pas vraiment aimer. C’est assez indescriptible comme ambiance. Les lumières, les gens, la fête partout, les gens accros que tu croises à une machine à sous en sortant le soir de ton hôtel et que tu vois à la même en sortant prendre ton petit déj le lendemain. Par contre, on s’y est vraiment mal pris. On avait pas préparé notre visite et on ne connaissait pas toutes les choses à faire/voir dans les hôtels, ce qui fait qu’on en a raté énormément. Il faudra donc que j’y retourne, cette fois-ci avec des amis et en ayant plus de 21 ans pour faire LA FÊTE comme il se doit.

Chillin’ in San Francisco

(Article avec une tonne de photos mais très peu de texte et surtout du texte de qualité médiocre – pas envie de détailler)

Retour à San Francisco donc! On a logé dans une auberge de jeunesse (USA hostel, la même qu’à LA, je l’adooore) les 2ères nuit.

Premier jour : Petit tour à Dolores Park, visite du Castro avec arrêt lunch obligatoire au restaurant Thaï (pensée pour Jill, puisque c’était son resto préféré) et chez Hot Cookie, une dernière fois. On redescend vers Valencia et Mission avec un arrêt chez Black Heart Tattoo pour chacune avoir notre bébé n°2. (je recommande à quiconque voulant s’en faire un à SF. si je pouvais je ferais tous mes bébés là bas, avec Cody<3) Bref, on se balade, et c’est cool. On passe la soirée avec 6/7 francophones et un espagnol dans le fumoir de l’auberge (qui est apparemment le meilleur endroit pour rencontrer des gens et sympathiser avec)

si vous saviez ce que je donnerais pour ces Pad ThaÏ Noodles….

super relax et poli le gars

Deuxième jour : On déménage dans la Marina, dans l’appartement de MJ. On mange un sandwich gigantesque sur un banc en face du Palace of Fine Arts. On découvre comment les pigeons font des bébés (vous n’avez pas envie de voir ça, croyez-moi) et on va se poser sur la plage.

Troisième jour : On rejoint Laure au San Francisco Museum of Modern Art (SF MOMA) pour profiter de la journée gratuite. J’avoue avoir été très déçue du musée. Je m’attendais à beaucoup mieux, y’avait franchement pas grand chose… Pour se remonter le moral, on est aller manger japonais, des sushis à tomber par terre pour un prix ridicule (9$ en tout par personne, HELLO, mettez-moi en 17). Joanne et moi sommes ensuite allée à Haight & Ashbury et grosse déception : il pleuvait, 95% des magasins étaient fermés et il n’y avait personne dans les rues. Première fois que je voyais ce quartier comme ça.

Le soir on apprenait que l’avion de mon père devant arriver le lendemain soir était annulé

Quatrième jour : on avait pas franchement le moral, mais on a décidé de ne pas y penser, en profiter et faire ce qu’on avait prévu de faire, comme si de rien n’était. Au programme du jour : Manucure & Pedicure! Cadeau pour les 20 ans de Joanne. C’était sympa et tellement américain!
+Ballade sur le Golden Gate
+Ballade et diner à China Town

Cinquième jour : Alcatraz! Qu’on a failli louper! On a marché vite puis couru comme des malades tout le long du chemin. C’était affreux. J’ai cru qu’on allait mourir/vomir de si bon matin. Mais après c’était super parce que la visite d’Alcatraz c’est trop chouette à faire.


+Lunch bien mérité chez In&out, le meilleur fastfood (exclusivité californienne)


+Montée des escaliers infinis de Telegraph Hill

+Arrivée de Papa!

Le lendemain, c’était réveil de bonne heure et départ pour LAS VEGAS BABY

La Belgique et la France réunies à LA!

De retour d’Hawaï, je passe une nuit à San Francisco. Une nuit magique, au calme, dans le noir. Je capte même un peu de wifi, quelle chance! Douche incroyable, lavage de cheveux parfait, bref, ça fait du bien de ne plus être en auberge! Mon avion n’est qu’en fin d’aprem (vers les 17h30 si je me souviens bien… c’est que ça remonte à loin!) donc j’en ai profité pour squatter le Starbucks de la Marina, histoire de donner de vraies nouvelles à mes proches et mettre quelques photos sur Facebook. Suis trop sympa.

Bref. L’avion était plein de chez plein. Genre plus un seul siège de libre. On met moins d’1h à arriver à LAX (d’ailleurs survoler Los Angeles de nuit c’est incroyable. Une telle étendue de lumières, c’est impossible à imaginer, faut le voir de ses propres yeux!) J’ai retrouvé ma meilleure amie, complètement déglinguée par le décalage horaire (la pauvre). On a pris une navette affreuse, genre on a cru qu’on allait mourir plusieurs fois, jusqu’à l’auberge (rebelote. Mais celle si c’est ma préférée alors <3). On est ressorties vite fait sur Hollywood Blvd pour manger et dodo!

Alors je vous vois venir : MAIS POURQUOI EST-CE QUE TU ES ENCORE ALLÉE A LOS ANGELES ALORS QUE TU DIS TOUT LE TEMPS QUE TU DÉTESTE?!?! De 1) Jamais 2 sans 3 et surtout, j’aurais trouvé ça con que ma meilleure amie (appelons là Joanne… ça tombe bien puisque c’est son prénom) passe 2 semaines en Californie sans mettre un pied à Los Angeles! Et figurez-vous que pour la première fois, j’ai vraiment bien aimé LA! Comme quoi. Pourtant je n’ai rien fait de vraiment différent et que je n’avais pas fait auparavant, mais c’est comme ça, j’ai vraiment apprécié nos 4 jours à LA.

Le 1er jour on a joué soft (à savoir pas trop de déplacements) avec : Hollywood Boulevard, en long, en large, en travers, de bout à bout, bref. Alors le truc chiant quand tu passes des heures à faire des allers-retours sur le blvd c’est que tous les 10m t’as des gens qui t’accostent pour te proposer des tours guidés etc et ça devient TRES VITE TRES CHIANT, surtout quand ça fait SEPT FOIS que tu repasses devant la même personne mais qu’elle te le propose à chaque fois! ARGH.

Même pointure que Kristen Stewart : TROP COOL QUOI

(le hollywood sign au fond ;))

On s’est motivées pour aller voir le Hollywood Sign et on y est restées bien 2h, assises devant à rien faire (à part des photos débiles mais trop marrantes (enfin pour nous)). On y était pas au bon moment de la journée càd que la lumière était pourrave vers le signe, mais tant pis!

maison de Hobbits… ou de Blanche Neige

COUCOU

2e Jour : On se motive dès le matin pour prendre le bus et passer la journée à Santa Monica et Venice Beach. 1h30 de bus plus tard (erfff) on arrive vers le mall de Santa Monica, qu’est trop joli, trop piéton partout, trop cool, avec un super foodcourt bref, nice. On est ensuite allées se poser sur le bord de la plage (oui vous avez bien lu, sur le bord, même pas SUR la plage alors qu’il aurait fallu qu’on fasse un pas et demi pour être sur le sable. Grosse flemme ce jour là) On a donné des skittles aux mouettes qui avaient l’air super contentes (mais surtout incapables de les manger) avant de finalement, aller mettre les pieds dans l’eau gelée.

skittle dans le bec

Petit tour sur le fameux ponton de Santa Monica où les attractions étaient fermées (bouh). Venice Beach avec ses caneaux, chose que je n’avais encore jamais faite, n’était qu’à une dizaine de minutes à pieds mais on étaient crevées et l’heure et demie de bus qui nous attendait nous a fortement dissuadées.


3e jour: On ne savait pas quoi faire. Oui, vous avez bien lu. Beverly Hills nous tentait un peu mais 1h30 de bus (on était passées devant la veille) pour juste voir un panneau et une rue de magasins hors de prix : pas la motivation. Du coup on est allées à Universal Studio, qui n’était qu’à une station de métro de l’auberge. On est pas allées dans le parc (parce que l’entrée est méga chère, que j’y suis déjà allée et que je trouve qu’il ne vaut pas le coup -du moins pas 2fois. contrairement à celui d’Orlando) On est juste restées dans Universal City et c’était sympa et agréable. On est retournées sur Hollywood Blvd en début d’aprem, on a fait quelques magasins pour finalement rentrer se poser sur la terrasse de l’auberge, au soleil.



4e et dernier jour : On a rendez-vous à UCLA avec une personne de la famille de Joanne qu’elle n’a pas vu depuis qu’elle était tout bébé et chez qui on devait aller manger et qui devait nous amener à l’aéroport. On a mis toute la matinée à trouver le lieu de rendez-vous, perdues dans l’immensité qu’est UCLA, à trainer nos valises à bout de bras. UCLA c’est immense, forcément, mais c’est magnifique, et c’est plein de verdure, et de beaux bâtiments. Je serais vraiment incapable de décider quel campus j’ai préféré entre UCLA, Berkeley et Stanford. On en a profité pour bronzer sur des bancs, en grosses larves au soleil. Le vol a mis moins d’1h, beaucoup moins, et on est arrivés avec 10min d’avance (alors qu’au moment où on allait atterrir, on est remontés parce qu’un avion nous suivait de trop près et donc on a dû tourner un peu au dessus de l’aéroport)


Le soir on rejoignait Laure, Nancy, Cecile et Anne-Lyse pour se goinfrer au Cheesecake Factory

 

Maui in Video

(la vidéo est faite depuis des mois. Sur youtube depuis la semaine dernière. Mais je boudais parce que je ne voulais pas la mettre alors que je n’ai que 2 commentaires sur mon dernier article… je me retrouve obligée d’étouffer mon mécontentement)

J’ai pris beaucoup de vidéos durant ma semaine à Maui, et je trouve qu’il aurait vraiment été dommage de ne pas vous les montrer. Je ne me suis pas foulée pour le montage, comme vous pouvez le voir et il semble il y avoir quelques bugs (ex: les vidéos qui semblent mettre 1sec à bouger). Pour ce qui est de la musique, oui, elle passe deux fois, oui la transition entre les deux est affreuse puisqu’il n’y en a pas. Je n’avais honnêtement absolument pas la motivation de m’acharner pour faire quelque chose de joli à l’oreille, veuillez me pardonner!

J’ai vraiment passé une semaine d’enfer, au milieu du Pacifique. Jamais je n’aurais cru mettre les pieds à Hawaï un jour. Pour moi Hawaï c’était tellement loin, un paradis hors de portée et surtout, très au dessus de mes moyens. Mais depuis la Californie, c’est à 5 petites heures d’avion, et moins cher qu’aller sur la côte est (si on s’y prend bien). De toutes les îles, je ne regrette vraiment pas être allée sur Maui. J’hésitais entre Ohau (où se trouve Honolulu) et Maui mais après en avoir discuté avec plusieurs personnes étant allées sur les deux îles (et d’autres), toutes m’avaient conseillé Maui. Je voulais voir de superbes paysages, être dépaysée et ne pas me sentir en lieu trop touristique, et pour cela, Maui est idéale. Je le conseille à quiconque ayant les moyens.

Pour infos : l’auberge dans laquelle j’ai séjourné s’appelle Banana Bungalow et est à Wailuku. (c’est la seule auberge de l’île si je me souviens bien). Sinon, séjournez à Lahaina!!

A venir : muy rapidamente : Los Angeles + encore du San Francisco. En plus détaillé : Las Vegas, Grand Canyon, Death Valley ET LE RETOUR EN FRANCE (coucou ça fait 4 mois….)

Hawaï : suite et fin (enfin)

Beaucoup de mal à me motiver, vous l’aurez remarqué… Mais allez, finissons-en avec Hawai!

Le jour de la marche jusqu’au haut de l’Haleakala est enfin arrivé! Et avec lui les promesses de paysages à couper le souffle, d’un coucher de soleil par dessus les nuages, des vues à vous faire pleurer des arc-en-ciels :

Sauf qu’à 3h30 du matin je me réveillais légèrement nauséeuse et que 30min plus tard je vomissais dans mon sac de provisions pour la journée. Chose pas importante à savoir : Je ne vomis jamais. Et quand je dis que je ne vomis jamais, c’est vraiment jamais (ou presque) puisque la dernière fois était en avril 2006, soit six ans plus tôt. Donc pas super comme réveil. Je vais vous résumer très rapidement le reste de ma nuit/matinée : assise à côté ou sur les toilettes à vomir ou autre. THE DREAM. N’oublions pas que j’étais en auberge de jeunesse. Toute seule à l’autre bout du monde.

J’ai donc été incapable d’aller faire la marche. J’ai passé la journée au lit, avec une migraine affreuse, un ouragan dans le ventre et EN PLUS je boitais de la jambe droite. Grosse galère. Il m’a fallu 15min pour réussir à me lever et aller acheter un coca dans un des distributeurs de l’auberge. Coca qui aura été la seule chose à entrer et non pas sortir de mon corps. Bref. Journée affreuse.

Le lendemain j’allais déjà bien mieux. Au programme : sortie à la plage et retour à la tombée de la nuit, avec toute l’auberge. Ayant sympathisé avec les danoises partageant ma chambre, je leur ai collé aux basques toute la journée.

Sur la route on passe par le quartier où les stars du monde entiers ont des villas (notre chère Britney par exemple). Chose assez ironique quand on sait qu’on se dirigeait vers la plage la plus hippie de l’île…

La plage était divisée en deux parties : Une grande plage magnifique pleine de touristes et une petite plage accessible en escaladant quelques rochers. Petite plage principalement nudiste, et ça on nous l’avait pas dit! C’était plutôt marrant, même si mon oeil s’est senti violemment agressé par la vue de tous ces vieux fripés qui se baladaient quéquette à l’air au milieu d’enfants. Normal. Toutes les 20min quelqu’un venait nous proposer de l’acide/LSD/Champi ou nous demandait si on en vendait. Normal. Un gars avec un piercing au pénis a passé l’après-midi et la soirée à faire de mouvements de dingue avec un hulahoop et il a même donné un cours. Normal encore une fois. Puis un groupe de gens jouant du tamtam est venu autour d’un feu de camp et a joué toute la nuit, au plaisir de nos oreilles, et des gens se déhanchant autour d’eux.

les moustiques hawaiens semblent particulièrement friands de mon sang

Le coucher de soleil était magnifique, l’ambiance super agréable. Très jolie façon de finir le séjour.

J’ai rejoint Laure à l’aéroport le lendemain dès la première heure (la pauvre y avait passé la nuit) pour un retour sur le continent.

Bilan et petite vidéo bonus sur Hawaï à venir dans les plus brefs délais ;)

Hawai Day 4 : Forrest Gump and the Humpback Whales

Laure m’abandonne aux aurores puisqu’elle rejoint Nancy à Honolulu sur l’île d’Ohau (je n’y suis pas allée parce que l’avion coûtait pas mal cher et que ça m’aurait fait louper un des tours que j’attendais le plus : la marche au sommet de l’Haleakala). J’étais réveillée à 6h comme depuis le début de la semaine (sympa hein? Fin vous me direz, à cette heure-ci y’avait pas un chat (quoique si, y’avait le chat noir de l’auberge) alors c’était tranquille pour se doucher).

Le tour du jour envoyait grave du pâté rien qu’avec son titre : Whales Watching (Observation de baleines) ET OUAIS! On arrive à 12h au port, il y a un peu d’attente, il fait une chaleur à crever et je me sens un peu seule sans Laure (mais je sympathise avec une française et une anglaise donc ça va). On monte sur le bateau et c’est partie! L’océan est d’un bleu magnifique, la vue de l’île aussi, l’air fait du bien. (on oublie pas que j’ai le mal de mer – j’avais acheté une bouteille de coca bien fraîche avant d’embarquer, au cas où)

Peu de temps après qu’on soit parti, on aperçoit déjà au loin des souffles de baleines. La croisière aura duré 2h et nous avons vu PLEIN de baleines (et baleineaux). Souvent en groupe, et très joueuses puisque c’était la saison des amours. On a donc rencontré différents groupes de mâles poursuivant une femelle et jouant des nageoires pour l’impressionner. On a aussi vu des mamans avec leurs bébés. C’était super beau à voir. Ça a beau être des animaux gigantesques,  je les ai trouvés vraiment gracieux.

De mi-janvier à fin avril/début mai, c’est la saison des baleines (à bosses, plus précisément) à Hawaï. En effet celles-ci descendent d’Alaska jusqu’au sud du pacifique pour se nourrir jusqu’au prochain hiver mais surtout pour s’accoupler. Les baleines à bosses sont un peu les chouchous des touristes puisqu’elles sont très joueuses et adorent sauter (on en a pas vu sauter ce jour là malheureusement).

Les animateurs/guides étaient géniaux, pleins d’infos et de trucs à nous raconter. Une fois qu’on trouvait un groupe de baleines sympas à observer on coupait le moteur (et payes toi les remous), ils ont même mis un micro dans l’eau et à nous l’honneur et la joie d’écouter le chant des baleines. C’était incroyable.

Je ne vous cache par par contre que je suis très vite devenue verte, et blanche, et un peu toutes les couleurs à la fois. Dès qu’on coupait le moteur à vrai dire. A tel point que je priais pour qu’il soit l’heure de remettre les gaz et rentrer. Quand le temps est enfin venu, je ne vous raconte pas mon soulagement… jusqu’à ce que trois baleines surgissent à côté du bateau et qu’on soit obligés de s’arrêter. RAH. Tellement contente de poser enfin pieds à terre.

Il était à peine 15h, il faisait beau, on avait pas envie de retourner à l’auberge alors avec des gens de l’auberge on a décidé de prendre le bus jusque Lahaina. J’ai vraiment beaucoup aimé cette petite ville. J’ai retrouvé la française, l’anglaise et une autrichienne chez Bubba Gump (de Forest Gump vui… c’est une chaine de restos là bas). Vous vous en moquez mais j’ai pris une salade délicieuse : salade verte, poires, fraises, tomates, crevettes. Un régale! On est rentrés assez tard, crevés et on a retrouvé les autres du groupe dans le bus, par pur hasard.

c’était le nouvel an chinois