Orlando, Day 1 – Tempête

Réveil à 4h du mat’,  le taxi arrive à 4h15 et me dépose, 12$ plus tard, à mon arrêt de bus, coin paumé, entouré de l’autoroute et de rien d’autre et ça fait peuuur. Heureusement trois biches se ramènent et décident de me tenir compagnie alors que je tremble de froid (et de peur) et resteront à mes côtés jusqu’à ce que le bus arrive. Merci les girls.

On arrive à l’aéroport en un temps record, mais peu étonnant considérant l’heure qu’il est. Le terminal 1 craint du boudin, tout le monde dort debout, une française me signale que j’allais partir en laissant mon passeport sur un banc, oops. J’appelle ma mère en mangeant un croissant pas bon et buvant un chocolat brûlant. Pas de beau levé de soleil à cause du brouillard.

6h40 on embarque. On dirait un avion en carton, super rassurant. Un monsieur me demande d’échanger de place avec son fils pour qu’ils puissent être ensemble, ce que j’accepte bien sûr. Du coup je me retrouve qu’on le hublot et la paroi gelée de l’avion, coincée contre un couple indien qui n’arrête pas de manger des trucs qui puent (et qui ne sentent pas très bon eux même). Le vieux monsieur derrière moi ronfle déjà alors que l’avion n’a même pas encore bougé d’un cm. Le couple s’endort très vite aussi, le monsieur ronfle de plus en plus fort, je suis fatiguée mais j’ai trop froid et l’avion est minuscule, le vol est long, très loooong jusque Atlanta. (surtout que j’ai envie de faire pipi)

Il fait moche à Atlanta, on met trente ans à sortir de l’avion, je mets 10 ans à rejoindre le terminal et le gate d’où part mon prochain avion. Il ne me reste que 30min quand j’y arrive enfin, juste le temps de faire pipi et de manger un bout que j’embarque déjà dans un nouvel avion. On me demande de changer de place parce que je suis toute seule et que si je bouge, deux personnes qui se connaissent pourront être ensemble, donc j’accepte. L’avion goutte. Oui vous avez bien lu, mon voisin et moi recevons des gouttes de pluie sur la face à intervalle régulier. Normal. On part avec 30min de retard parce qu’il fait super moche et qu’on devait attendre un nouvel itinéraire qui nous fasse contourner tout ça. Turbulences, turbulences, mais pas trop. Vol rapide, heureusement parce que je ne tiens plus en place. Atterrissage en mode descente de grand 8, youhouuuu, ça fait pas peur du touuuut. Surtout qu’on survole plein de lacs et que tu (toi, passager) ne vois la piste qu’au dernier moment.

Je me dépêche de rejoindre le point de rendez-vous qu’on s’était fixé avec mes amis (en face de la fontaine, niveau 3, au milieu entre les 2 terminaux). Comme eux doivent récupérer leurs valises et passer l’immigration c’est finalement moi qui les attends, malgré mon retard. On se retrouve, c’est cool, comme si ça ne faisait pas 6 mois. On va dehors pour prendre le bus et QUELLE CHALEUR ! Affreux ! Il faisait suuuuuper chaud, et lourd, et humide, bouark. Le bus nous dépose supra loin par rapport à l’hôtel donc on décide de faire le reste à pied. Le chemin le plus rapide (et qui est déjà pas mal long) est celui qui longe la voie rapide…. Bon bah on se lance, pas super rassurés mais bon.

En face de nous le ciel est noir et menaçant. Ça tombe bien, c’est là où on va. On commence à recevoir deux trois gouttes, et 30sec plus tard, maximum, c’est la tempête ! Vent, pluie diluvienne, et qui fouette à cause du vent. En 2min top chrono on est trempés de chez trempés, jusqu’aux sous-vêtements.  On crie, les voitures nous klaxonnent et nous font des signes genre « vous êtes fous », on accélère le pas, on court, on en perd nos tongs, on traverse des flaques d’eau aussi profondes et larges qu’une pataugeoire, on aperçoit un restau au loin et courront nous y réfugier, au grand dam des patrons. Nos affaires sont aussi trempées que nous. Ludovic court voir si l’hôtel n’est pas loin et on retourne tous braver la tempête. On s’essor le mieux qu’on peut avant de rentrer dans notre chambre, où il fait booon grâce à la clim.

On fait l’inventaire des dégats : billets d’avions trempés, affaires mouillées, iPhone mort pour ma part… Bilan négatif quoi. On crève de faim alors on se commande une pizza qui mettra plus d’une heure à arriver, alors on joue aux cartes pour patienter.

Publicités

2 commentaires sur “Orlando, Day 1 – Tempête

  1. Marion dit :

    Wow 1er jour des vacs bien hardcore !
    T’as pensé à notre discussion avec Marthe quand t’étais dans l’avion ? huhu

  2. =o =o =o
    Ca a failli être l’échec pour le passeport =o
    T’as perdu 40 ans dans l’aéroport ;o)
    L’avion qui goutte D:
    Pas cool pour la tempête et l’iphone D: D: D:
    Au moins t’avais tes potes ! J’espère que le reste s’est mieux passé ! Des bisouuuuuuuus !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s