Never give any promises

Bon. Promis vous ne me frappez pas? Je sais que ça fait deux mois que je n’ai rien mis à jour alors que je vous avais promis, que je me l’étais promis de finir très rapidement les articles en liste d’attente. Récapitulons rapidement ce qu’il me reste à écrire : Grand Canyon + Death Valley + Bilan retour en france etc (j’avais dit que je ferais un bilan un mois ou deux après, puis 6 mois, et voilà, je suis à la fin des 6 mois et toujours rien) + Bilan sur l’aventure au pair + Bilan sur mon aventure à moi + probablement un article spécial SF. Bref, encore une tonne de boulot aaah. Allez, un peu de courage, c’est parti!

Et c’est parti avec un article qui ne fait pas parti de la liste, mais tout de même très important! Ma hostfamily est venue me rendre visite à Nancy!! Leur voyage en Europe était prévu depuis plusieurs mois avant mon retour. A l’origine du programme : une semaine en France (semaine divisée entre Paris et Nancy) puis une semaine en Italie avec Mandy (l’ancienne aupair) pour fin juillet. Sauf qu’arrivé une semaine avant la date supposée de leur arrivée, toujours pas de nouvelles, ou de confirmation. Rien depuis quelques mois. J’ai galéré toute cette semaine pour essayer de contacter Drea, j’étais à bout de nerf et légèrement dégoutée parce que je les voyais très bien annuler. Et c’est finalement le lundi 23 juillet que j’ai enfin parvenu à la joindre et surprise : ils venaient d’arriver en Hollande chez Mandy! Les quelques jours à Nancy se sont transformés en « on arrivera jeudi dans l’après-midi et on repartira le lendemain midi », petite déception…

Le jeudi, Chad m’appelle et me dit qu’ils pensent être devant chez moi, alors je descend et en effet, les vois garés au bout de ma ruelle. Chad s’avance vers moi, gros hug, puis c’est Jessica qui arrive en courant et me saute dans les bras et me serre très très fort. Ses premiers mots? « I love you more than Mariana » (« je t’aime plus que Mariana », M. étant ma remplaçante) c’est pas très sympa mais ça fait carrément du bien à l’égo! Moi qui avait peur qu’elle soit toute timide ou qu’elle m’ait oubliée, je m’étais fourré les dix doigts des deux mains dans l’œil! Jason a suivi, toujours aussi sweet, fidèle aux souvenirs que j’avais de lui. Puis Drea, Mandy et son fiancé. C’est dingue, bizarre, extraordinaire de les voir là, dans ma maison, les petits jouant dans ma chambre, explorant la maison. C’est deux mondes qui se rencontrent, deux mondes pour moi à des années lumières l’un de l’autre. Ca me fait la même impression que lorsque mes parents et mes amis étaient venus me rendre visite.

On s’est baladés en ville, dont ils sont tombés sous le charme, on a mangé un bon repas made in France by Maman pour lequel Chad a succombé (je vous avais dit que la cuisine française était celle qu’il préférait plus que tout? c’était l’extase pour lui), on leur a montré tout plein d’endroits sympas, on a tous très bien discuté, tout le monde était super sympa (j’ai adoré rencontrer Mandy avec qui j’avais beaucoup discuté avant mon départ aux US, ainsi que son fiancé que j’ai trouvé super intéressant et marrant) et surtout les enfants! C’était comme si je ne les avais jamais quittés. J’ai retrouvé nos longues discussions avec Jason et nos blagues idiotes, les câlins de Jessica et nos jeux. C’était parfait.

D’ailleurs en parlant de Jessica. Rien que d’y penser, j’en ai le cœur qui se serre, d’un trop plein d’amour et de manque. C’est assez fou comme je l’aime cette gamine. Ça n’a pourtant pas toujours été facile avec elle, mais tout ça est très très loin. J’ai passé 24h avec elle accrochée à moi, littéralement. Impossible de m’en détacher, non pas que j’en ai eu l’envie. Ca m’a fait énormément plaisir de la voir toujours autant attachée à moi, voir que je lui manquais autant qu’elle me manquait à moi. Impossible de compter le nombre de fois où elle m’a demandé de rentrer avec eux, de revenir dans ma chambre.

Les au revoirs ont été très durs, comme vous pouvez l’imaginer. 24h c’était trop et pas assez. Trop parce que j’ai eu le temps de me réhabituer à les avoir près de moi tous les quatre, à leur présence, j’ai eu le temps de me rendre compte à quel point ils m’avaient manqué. Mais c’était pas assez, parce que, merde, c’était seulement 24h. On s’est donc dit au revoir en se donnant la promesse de nous revoir dans un an, puisqu’ils seront en Europe début juillet pour le mariage de Mandy. Jessica m’a dit « I will love you forever » et il a ensuite été très difficile de me détacher d’elle puisqu’elle s’agrippait à moi et nous empêchait de fermer la porte de la voiture. C’était affreux. On a du s’y mettre à deux avec mon papa pour libérer mon bras. Déchirant. Ils n’ont pas démarré la voiture avant que Jessica ne me fasse quelques bisous ventouses contre la vitre.

Et voilà. Hmpf.

J’abuse

Si vous saviez comme moi aussi je m’énerve, je me déçois. Je m’étais pourtant jurée de ne pas laisser tomber mon blog et de continuer à le mettre à jour régulièrement (jusqu’à ne plus avoir d’article à écrire). Et pourtant, à presque un mois depuis mon retour (!!!), je n’ai posté qu’un article tout pourri. Alors je prends ma motivation à quatre mains et je m’y mets!

J’ai beaucoup de mal à croire que cela fait déjà un mois que je suis revenue/partie. C’est étrange. Tout est étrange. Le retour a clairement été beaucoup plus facile que ce que je m’étais imaginé (je dois avoir une capacité d’adaptation assez remarquable). Pas de déprime, pas de « AAAH J’AURAIS PAS DU RENTRER!!! », pas de regret, rien. (bon je pense quand même être un peu en déni…). Bien sûr, les États-Unis me manquent, y vivre surtout (l’anglais est ce qui me manque le plus), les petits aussi mais j’arrive à dépasser ce manque sans même m’en rendre compte. Je ne fais rien d’extraordinaire pourtant. Je ne fais même rien du tout puisque je n’ai pas encore trouvé de boulot et que je n’ai rien à faire de mes journées (à noter que je pourrais en profiter pour mettre à jour ce blog!)

D’ailleurs en parlant de boulot; à peine une semaine après que je sois revenue, la soeur d’une femme que j’ai rencontré sur place (et que j’apprécie énormément) m’a proposé d’être son au pair, à Londres, de fin mars à mi-juillet. J’avoue avoir beaucoup hésité avant de donner ma réponse. Londres ça me dit vraiment, j’adorerais essayer d’y vivre et les dates étaient parfaites. Mais ça voulait dire repartir à peine rentrée et je n’étais pas prête. J’ai quand même demandé à avoir un peu plus d’informations sur le job et la maman m’a envoyé leur fichier au pair. Je me suis sentie tellement mal en le lisant. C’est dur à expliquer; parce qu’elle n’avait rien écrit qui soit réellement négatif. C’est juste que m’imaginer recommencer tout ça, le boulot d’aupair et tout ce que ça comprend, c’était impossible. Je me suis sentie oppressée, vraiment pas bien. J’ai donc dit non. Je ne dénigre pas le job d’au pair, mais une année ça m’a suffit.

Alors en ce moment je cherche du boulot, j’essaye de déposer des CVs à droite et à gauche; je croise les doigts pour trouver quelque chose, histoire de m’occuper pendant la journée et gagner un peu d’argent. Je pars à Bruxelles pendant 3 jours chez ma meilleure amie mais surtout pour visiter ma future école.

J’ai chargé les photos des premiers jours à Hawai sur wordpress : il ne reste plus qu’à écrire les articles!

Je voulais aussi vous remercier, pour m’avoir suivie toute l’année et passer encore ici, me laisser des commentaires pour avoir de mes nouvelles. Ça me fait vraiment très plaisir.

Je vous dis à très bientôt, et pour de vrai cette fois.

Live from France

(coucou, mon 2e prénom c’est boulet. Fausse manip, article publié avant d’avoir fini de l’écrire… hmmm)

Comme il est dur de trouver une accroche, un début à cet article!

Je suis bien rentrée en France depuis jeudi. Vol très calme de 12h, pendant lequel j’ai réussi à dormir, incroyable!

Vous avez envie de potins, d’impressions, de ressentis, je le sais et j’adorerai vous en donner mais je ne peux pas. Je n’arrive tout bonnement pas à réaliser. Tout est bizarre, indescriptible. Je ne réalise pas du tout, je ne ressens rien. C’est juste bizarre. (je suis contente de revoir mes proches, ne vous méprenez pas)

A bientôt pour de prochains articles! (quand j’aurai le temps…)